De l’importance de l’ordre des traits dans l’écriture des idéogrammes

figure_1_importance_of_the_srtoke_order

Avant même d'envisager d'écrire des kanjis (漢字, かんじ, “caractères [de la dynastie] Han” , c'est-à-dire les idéogrammes chinois), que ce soit avec un crayon ou un pinceau, il faut comprendre quel est le bon ordre pour écrire les traits qui composent chaque caractère. Peu de gens (en dehors de l'Asie) y prêtent attention, mais l'ordre des traits (c'est-à-dire l'ordre dans lequel on écrit les traits de chaque kanji) est plus important qu'il ne pourrait y paraître. Du point de vue de la calligraphie, … [Read more...]

Les magiciens de l’encre : 王羲之 (Wang Xizhi, 303 – 361), troisième partie.

figure_1_wang_xizhi_p11

Dans la neuvième année de l'ère Yonghe (永和九年, en pinyin: Yǒnghé, 345 – 357), l'année du buffle d'eau Yin, sous le règne de l'empereur Mu de la dynastie Jin (晉穆帝, pinyin Jìn Mùdì, 343 – 361), au début du troisième mois lunaire (après le 20 avril 353), le premier jour du mois du serpent, quarante-deux nobles lettrés se réunirent dans le Pavillon des Orchidées, dans la province de Shanyin ( 山陰,pinyin: Shānyīn) pour y célébrer la fête de purification du printemps ( 修禊, pinyin: xiūxì). Parmi eux se … [Read more...]

Les magiciens de l’encre 王羲之 (Wang Xizhi, 303 – 361) 2ème partie

figure_1_wang_xizhi_P2

Ceux d'entre vous qui ont déjà lu la première partie de cet article savent déjà que 王羲之 (Wáng Xīzhī, 303–361) était un personnage. On trouve beaucoup d'anecdotes le concernant lui ou ses descendants, en particulier son fils Wáng Xiànzhī (王献之, 344 – 386, dont nous parlerons dans un prochain article). J'ai choisi les histoires les plus connues le concernant, et ce deuxième article leur est consacrées. Comme beaucoup de calligraphes, Wang Xizhi était souvent distrait, et lorsqu'il était … [Read more...]

Les magiciens de l’encre : 王羲之 (Wang Xizhi, 303 – 361) Première partie

figure_1_wang_xizhi_P1

Author of the original text (English): Ponte Ryūrui (品天龍涙) Traduction française: Olivier Delasalle « Lui, dont la calligraphie pouvait terrasser 10 000 hommes » : c'est avec ces mots que Liú Xīza (刘熙载, 1813 – 1881), critique d'art et critique littéraire spécialiste de la dynastie Qing (清朝1616 – 1636) décrit la puissance et l'élégance de la calligraphie de Wang Xizhi. Aujourd'hui, Wang Xizhi, (dynastie Jin 晉朝, 265 – 420) est considéré comme l'un des calligraphes les plus aimés de … [Read more...]